Triton

Aperçu du discours d'ouverture du Black Media Symposium: Ed Gordon 

Actualités

Vendredi 14 août 2020 12h31 PM EST | Rapport d'activité sur la radio et la télévision

Aperçu du discours d'ouverture du Black Media Symposium: Ed Gordon 

Ed Gordon est un animateur primé aux Emmy Awards qui a interviewé de nombreuses personnalités, dont le président Clinton. Plus tôt cette année, Gordon a écrit son premier livre, le best-seller « Conversation in Black », dans lequel il a interviewé 40 dirigeants et influenceurs dans le cadre d’une conversation « virtuelle » sur l'état de l'Amérique noire et sur de nouveaux récits concernant la lutte continue en faveur de la justice et de l'égalité.

Come Wednesday (8/19), Gordon will serve as a co-keynote interview participant in the Black Media Symposium, presented by Triton Digital. L'événement d'une heure en direct sur Facebook Live et la chaîne Youtube RBR + TVBR est un événement gratuit.

RBR+TVBR s'est entretenu avec Gordon, qui propose un aperçu poussé de certains des sujets de discussion lors du Symposium, prévu pour mercredi à 11h30 pm Heure de l'est/8h30 am Heure du Pacifique.

RBR+TVBR : Quels sont certains de ces « nouveaux récits » présentés dans votre premier livre, et à quel point sont-ils poignants aujourd'hui, compte tenu des appels continus à la justice sociale aux États-Unis ?

ED GORDON : C'est intéressant parce que le livre présente cette discussion comme si tous ces dirigeants de plus de 40 ans et influenceurs étaient dans la même pièce. Je voulais que le lecteur ait l’impression de se joindre à une conversation, et une grande partie de la nature poignante du livre prédisait d'une certaine manière là où nous en sommes aujourd'hui. Ce que nous savions du fait que cette Amérique noire bouillait, que la coupe était pleine… et qu'il ne suffisait que d'une ou deux gouttes supplémentaires pour qu'elle déborde.

J'ai étudié les prochaines élections de 2020 et les années Obama, puis j'ai comparé cela à ce que la présidence Trump a signifié pour l'Amérique. Nous avons regardé dans un miroir la façon dont la communauté noire s'est comportée au cours de cette époque. Je pensais que nous étions allés aussi loin que nous le pouvions, s’agissant d’ouvrir les portes à grands coups de pieds et de bousculer l’ordre établi. Pour poursuivre notre périple, nous avons dû trouver de nouvelles voies dynamiques. À présent, avec la mort de George Floyd et Ahmaud Arbery et Breonna Taylor - l'Amérique noire ne peut plus rester patiente.

De plus en plus, on a le sentiment de perdre la dualité de vouloir s'intégrer, tout en étant un agitateur. Ce sens est venu prendre une place de premier plan. Toute révolution dont nous avons été témoins n'a jamais été « pacifique » et a toujours commencé par une poussée. Je pense que nous vivons à une époque qui parle de nouveaux récits, et nous verrons s'ils se concrétisent.

« Cette Amérique noire bouillait, la coupe était pleine… et il ne suffisait que d'une ou deux gouttes supplémentaires pour qu'elle déborde. » - Ed Gordon

RBR+TVBR : Pensez-vous que les événements de 2020 nous ont mis sur la voie du changement permanent, et quel est le rôle des médias noirs pour arriver à cet objectif souhaité ?

ED GORDON :Il est bien trop tôt pour se demander si nous allons assister à un changement réel. Mais l'idée que ce pays voit les choses différemment est réelle. Combien de temps cela dure ne se précisera qu'avec le temps. Est-ce une mode… ou s’agit-il d’une simple tendance ?

Nombreux sont ceux qui affirment « Black Lives Matter » et nous souhaitons l'égalité. Pourtant, il est trop tôt pour voir si le mouvement est durable.

C'est aux Afro-Américains de maintenir la pression et de dire à cette nation que vous allez être la nation qu'elle veut être ; ce sera finalement aux Blancs de voir ce changement. Les opprimés ne peuvent aller aussi loin lorsqu'ils font des revendications.

En termes de « Black Media » … le terme est utilisé, et je soutiens que nous devons définir ce qu'est le Black Media. Est-ce la propriété des médias ? S'il ne s'agit pas d'une minorité, s'agit-il simplement d'une entité s'adressant à un public qui n'appartient pas aux Afro-Américains ? Le terme est défini très différemment par un certain nombre de personnes.

D'abord et avant tout, nous devons voir davantage de médias appartenant à des Noirs.

RBR+TVBR : Enfin, la sélection de Kamala Harris comme candidate à la vice-présidence aux côtés de Joe Biden est une décision qui en encouragera certainement beaucoup au sein de la communauté noire. Quel rôle les Black Media pourraient-ils jouer dans l'élection présidentielle 2020, compte tenu de sa sélection ?

ED GORDON : Je pense qu'une nomination comme celle-ci est historique. Lorsque vous devenez la première, c'est historique. Mais trop souvent, les médias généralisent les choses. L'idée du facteur de fierté de cette situation est une chose. Cela ne signifie pas dire que l'Amérique noire était en phase pour la considérer comme la meilleure candidate. Même Joe Biden est tombé sur cette idée que nous sommes une communauté monolithique. Lorsque vous faites tomber un obstacle, c'est un de moins auquel faire face la fois suivante. L'idée d'une candidate à la présidence comme étant viable ne fera plus l'objet du même niveau de surveillance qu'il y avait peut-être dix ans auparavant.

Il est trop tôt pour savoir si voter pour Joe Biden a véritablement un sens du fait de sa nomination - c'est un peu naïf. Mais elle et Joe devront venir avec des promesses substantielles afin de faire appel à la communauté noire, et cela exigera une croissance dans la compréhension de ce qu'est « l'Amérique noire ». Nous ne sommes pas un monolithe.

Cliquez ici pour consulter l'article complet.

Triton

  • Londres
  • Los Angeles
  • Madrid
  • Melbourne
  • Île Maurice
  • Miami
  • Montréal
  • Paris
  • New York
  • Pretoria
  • Singapour
  • Sydney